Estelle

J'ai vu le diable et les anges sur la même branche de l'avenir.
J'ai vu les fables et l'étrange entre les tranches du devenir.
J'ai vu le sable dans mes phalanges qui s'épanchent sans fléchir.
Et l'interminable mélange des dimanches sans souvenir.

J'ai vu les oui et les non au bout de la corde de l'espoir
J'ai vu les esprits et les démons par hordes depuis le début de l'histoire.
J'ai vu la vie et la question dans un désordres ostentatoire.
Et l'envie face au sermon venant de l'ordre et du devoir.

J'ai vu le verbe et les oiseaux, monter d'un Doubs qui se dilate.
J'ai vu l'algèbre dans les ruisseaux, d'où s'écoule l'eau de là.
J'ai vu la vertèbre et le réseau,  d'outragées âmes de la terre.
Et le brin d'herbe et le roseau, tout aussi doux que délétères.

J'ai vu l'amour et la mort, et la prison et la maison.
J'ai vu l'humour et l'amer, et l'horizon et la cloison.
J'ai vu l'amarre et la marée, et le violon et poison.
Mais j'ai rêvé l'aimant et l'élément qui a une question pour prénom.

Suivre (1) 0